International › APA

Les défis de l’Afrique face aux mutations géostratégiques débattus à Abidjan

Le continent africain est invité à revoir son paradigme économique pour créer de la valeur ajoutée, aller vers une souveraineté monétaire, une forte solidarité des Etats, promouvoir le digital, la formation et la transformation.Des éminences grises ont, dans le cadre d’un think-tank organisé par le Centre d’études prospectives (CEP), mené des réflexions autour du thème « L’Afrique face aux mutations géostratégiques actuelles ». La rencontre a enregistré la présence de l’ex-président du Nigeria, Goodluck Jonathan.

Ce forum a été l’occasion d’échanges entre les acteurs passionnés de géopolitique et de géostratégie. Il a permis de fournir des données actualisées sur les approches géostratégiques, mais aussi aux participants venus de divers horizons du monde de tirer les leçons et partager les expériences.

Il ressort des réflexions que l’Afrique doit être présente dans les instances de gouvernance à l’échelle internationale afin de ne pas subir les décisions de l’ordre mondial. Les Etats ont été encouragés à produire des aliments organiques pour contourner le manque d’engrais dû à la crise russo-ukrainienne.

L’ancien président de la République fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan, a soutenu que « chaque pays pense à son intérêt » dans la question de la géostratégie, avant d’ajouter que les conflits servent d’ailleurs des intérêts, soit des industries des armes, des puissances ou à des cartels.    

La cheffe de la diplomatie ivoirienne, Kandia Kamara, représentant le vice-président de la République de Côte d’Ivoire, a fait observer que le monde est en perpétuelle mutation et dans cette optique, l’Afrique doit sur le plan géostratégique s’appliquer à chercher sa voie.

Selon les résolutions, le continent doit établir des normes pour l’exportation des produits en vue de leur compétitivité, développer un système de santé propre avec des alternatives de la pharmacopée à l’instar de la Chine, de l’Inde et bien de pays dans le monde.

Les participants ont appelé au renforcement de l’opportunité qu’offre l’explosion de l’économie numérique en Afrique avec un contrôle plus accru des données des pays et une politique de cyber sécurité. L’on dénombre sur le continent plus de 500 millions d’utilisateurs d’Internet.

Ils ont invité les Etats à mettre l’accent sur l’industrialisation, à investir dans la formation professionnelle, à tenir compte de la jeunesse dans les politiques afin de résorber le chômage, à améliorer l’efficacité des secteurs à fort potentiel, et à renforcer la résilience contre le changement climatique via le mix énergétique.

L’ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, a par visioconférence, déclaré que « le leadership des pays africains n’est pas engagé suffisamment pour trouver des solutions holistiques » face aux menaces du continent.

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Adama Bictogo, a appelé « à plus de justice et de solidarité, car les défis auxquels nous sommes confrontés imposent une mutualisation de nos forces pour éviter un repli sur nous-mêmes. L’Afrique doit sortir des secousses institutionnelles pour s’installer définitivement dans la marche du développement par un enracinement fort de (sa) jeune démocratie ».  

Les intervenants ont également encouragé les dirigeants à améliorer l’exploitation des secteurs tels que les mines, l’agriculture et les services, et à donner des orientations aux entreprises pour pouvoir se protéger contre la cybercriminalité et aller au-delà des Etats Nations.

Les débats ressortent par ailleurs la promotion d’une meilleure gouvernance des Etats africains et des ressources des pays, la construction de la confiance en soi. Les Etats doivent être puissants par l’anticipation et passer de l’économie de rente à une économie industrialisée.

La diversité des devises rend les échanges commerciaux difficiles en Afrique. Les panélistes ont recommandé la création d’une monnaie commune pour faciliter le commerce entre les Etats africains, développer un nouveau modèle économique et adapter le partenariat Afrique-Europe.

Les panélistes ont appelé à opérer le transfert de technologies, valoriser la recherche africaine sur les solutions climatiques et à promouvoir la sécurité alimentaire.


Commentaire

L’Info en continu
  • Burkina Faso
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 03.04.2019

Parc national de la Pendjari

e Parc National de la Pendjari a été classé en forêt domaniale et en réserve partielle de faune de la boucle de la Pendjarile 13 décembre 1954. Il a acquis…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Faso et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut