International › APA

Le service public d’information au défi de la modernité (tribune)

Un conseiller du président Macky Sall salue la décision de l’Etat de financer, à hauteur de 33 milliards F CFA, la construction d’une tour de dix étages sur le site de la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS) pour faire entrer le média public dans une nouvelle ère.La pose de la première pierre de la Tour RTS, mardi 7 juin 2022, par le chef de l’Etat constitue un jalon « historique et refondateur » dans la modernisation de l’audiovisuel public. La nouvelle infrastructure ne consiste pas, en effet, en une simple extension de bâtiment.  Elle illustre la conscience claire de l’Etat du Sénégal que les nouvelles révolutions technologiques dans le secteur de la communication et de l’information nous imposent de faire face, rigoureusement, à une bataille capitale de contenus.

L’audiovisuel public, avec la RTS notamment, est le cœur stratégique de cette bataille dans la mesure où l’enjeu de son positionnement est d’abord le socialement utile et non le médiatiquement vendable. Il est soumis à l’obligation de rendre compte, systématiquement, de tout ce que l’Etat fait au nom de ses citoyens. C’est une mission régalienne qu’elle est seule capable d’assumer.

En d’autres termes, sa couverture exhaustive de toutes les sensibilités socioculturelles et l’obligation d’information des citoyens sur tout ce qu’entreprend l’Etat en font l’outil d’intégration et d’unité nationales par excellence.

Avec ses dix-sept chaines de radio, ses cinq chaines de télévision et ses supports digitaux, la RTS offre un accès incomparable aux diverses plateformes d’information, d’éducation et de distraction à toutes les catégories de la population.

Comme tout service public, l’audiovisuel public n’est pas dans une logique de profit, encore moins de concurrence avec le secteur privé, encore qu’il soit soumis à une exigence de rigueur, d’efficience et d’efficacité dans la gestion pour assurer sa viabilité. Si profit il y a, il est réinvesti intégralement dans le service aux populations.

C’est pour cette raison que le service public d’information, l’audiovisuel en particulier, doit s’inscrire résolument dans la modernité dont la nouvelle infrastructure, dite Tour RTS, immeuble intelligent, est un révélateur à la fois impératif et pertinent.

Par la diversité de ses programmes inclusifs, la qualité et l’utilité de ses produits, mais également l’exemplarité de sa gestion, l’audiovisuel public s’impose comme un puissant régulateur, à côté des instances de régulation et d’autorégulation dédiées, dans un espace médiatique où la norme élevée n’est pas la chose la mieux partagée.

Il est heureux que figure, dans le projet de Tour RTS, une académie de renforcement de capacité technique et, dans l’ordre du souhaitable, éthique. De plus, il convient de saluer l’effort de la Direction Générale de la RTS ambitieuse de bâtir, pas à pas, une véritable plateforme digitale pour prendre en charge les nouvelles tendances lourdes en matière de production et de diffusion de contenus informatifs,  éducatifs et distractifs. Les révolutions du numérique réduisent les disparités et les inégalités technologiques tant en matière de production que de diffusion.

Aussi, par son expérience capitalisée, ses moyens conséquents mis à disposition par l’Etat et la créativité de ses équipes sous l’impulsion de son Directeur Général, la RTS possède tous les atouts pour devenir ce « hub majeur de l’audiovisuel africain et international ».

Sa résonnance mondiale sera ainsi, pour le Sénégal, un puissant moyen d’exposition au monde de sa richesse culturelle et de la vitalité de ses productions historiques dans tous les domaines politique, économique, sociale, artistique, diplomatique et intellectuelle.

Au moment où un nouveau leadership tire notre continent vers haut, vers plus de souveraineté et de puissance sur la scène des relations internationales, la RTS, forte de la volonté politique du chef de l’Etat, a toutes les prédispositions techniques, professionnelles et intellectuelles pour être le site, par l’excellence, du déploiement de notre propre récit sur notre histoire et les évènements qui le ponctuent, sur le monde et notre rapport au monde. Les idées, en effet, ne sont pas de simples adjuvants ; elles sont une « force matérielle capable de transformer le monde ».

El Hadj Hamidou Kassé, philosophe et écrivain


Commentaire

L’Info en continu
  • Burkina Faso
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 03.04.2019

Parc national de la Pendjari

e Parc National de la Pendjari a été classé en forêt domaniale et en réserve partielle de faune de la boucle de la Pendjarile 13 décembre 1954. Il a acquis…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Faso et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut