International › APA

Le gouvernement ivoirien veut favoriser l’éclosion de PME plus compétitives

Le gouvernement ivoirien, qui vient de réaliser une étude sur le secteur privé et ses besoins de financement, veut favoriser l’éclosion de Très petites entreprises (TPE) et de PME (Petites et moyennes entreprises) plus compétitives.Cette étude qui relève les principaux obstacles au développement  des PME en Côte d’Ivoire, les défis, les besoins de financement et des  réformes à engager, est financé par la Banque africaine de développement  (BAD).  

L’information a été donnée jeudi par  le secrétaire d’Etat en charge de la Promotion des PME, Félix Anoblé, à  l’occasion de la célébration de la première édition de la Journée  mondiale des microentreprises et des Petites et moyennes entreprises  (PME), tenue à Abidjan. 

Pour cette première  édition, 21 acteurs de l’écosystème des PME ont été décorés. M. Anoblé a  assuré que le gouvernement mettra tout en œuvre pour accompagner les  microentreprises et les PME avec entre autre la mise en place d’un fonds  de garantie au profit des entreprises. 

Il a  fait savoir qu’il existe un fonds de soutien aux entrepreneurs  et les  Très petites entreprises ainsi que l’institution d’un mécanisme   d’accompagnement des entreprises nouvellement créées. Pour écouter les   porteurs de projets, l’Etat a également créé une agence dédiée aux PME.   

 Ce  chef d’entreprise note pour sa part que le défi perpétuel pour les PME  en Côte d’Ivoire est « de se repenser, en plus du défi de l’innovation,  du défi du financement qui requiert une certaine formalisation des  activités et des procédures ». 

Les PME  ivoiriennes, ajoutera-t-il, ont toutefois un défi à relever au niveau  des ressources humaines parce qu’ on doit avoir un personnel de qualité  pour une gestion durable des entreprises et assurer la compétitivité de  ces activités.   

 « Nous sommes prêts à aller à  l’émergence » que l’Etat ivoirien envisage d’atteindre en 2020, a  déclaré Joseph Amissa, président du Mouvement des Petites et moyennes  entreprises de Côte d’Ivoire (M-PME), qui pense qu’ « aujourd’hui les  PME se réveillent ».

Interrogé,  Alain Kouadio, président du groupe Keydan,  fondateur du  programme «  CGECI Academy », visant à faire des startups  et des  entreprises locales  des champions nationaux, se félicite de voir  des  PME « de plus en plus  structurées avec un capital humain compétent  ».

Plusieurs PME sont encore  dans l’informel. L’étude prend en compte ce facteur en vue de sortir de  l’informel les PME, les encadrer et les amener à participer à la  richesse nationale. Cela devrait permettre au secteur privé de jouer  davantage un rôle moteur dans la croissance économique. 

L’un  des handicaps des TPE/PME est la question du management. Pour M.  Amissa, des chefs d’entreprises ont besoin de renforcer leurs capacités  via le partage d’expériences, toute chose qui pourrait contribuer à  créer « une nouvelle élite d’entrepreneurs ». 

Le  secteur privé ivoirien est dominé à plus de 98% de micros,  petites et  moyennes entreprises, qui emploie plus de 23% de la population active.  Pour booster ce secteur l’Etat invite les entreprises à produire aux  normes, les encourage à digitaliser leurs procédures et à innover.  

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut