› Eco et Business

Le Burkina Faso mobilise ses partenaires pour financer son nouveau plan de développement

Le gouvernement burkinabè va mobiliser ses partenaires, les 2 et 3 décembre 2021 à Bruxelles en Belgique, pour le financement du deuxième Plan National de Développement Economique et Social (PNDES-II) 2021-2025 estimé à près de 29 milliards d’euros, a-t-on appris de source officielle, jeudi.

« Ce rendez-vous international avec la Banque Mondiale comme chef de file des partenaires techniques et financiers, réunira les partenaires multi et bilatéraux du Burkina Faso ainsi que les investisseurs privés », souligne un communiqué rendu public par les autorités burkinabè et dont une copie est parvenue à l’Agence Anadolu.

La même source précise que c’est le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui procédera lui-même au lancement des travaux de ladite conférence, en prononçant le discours d’ouverture, mais c’est le Premier Ministre Christophe Joseph Marie Dabiré qui conduira la suite des travaux, accompagné d’une délégation de membres du Gouvernement.

Le coût global du PNDES-II est estimé à 19 030,7 milliards de francs CFA, soit près de 29 milliards d’euros, selon le communiqué.

Ce nouveau référentiel sera financé à hauteur de 63,0% par les ressources propres, soit 11 989,60 milliards FCFA (18 milliards d’euros) et 9,0% par les ressources extérieures soit 1 712,97 milliards FCFA (2,5 milliards d’euros) sur la base des conventions déjà conclues avec les partenaires au développement.

Il se dégage un besoin de financement additionnel de 5 328,12 milliards FCFA (8 milliards d’euros) correspondant à 28,0% du coût total du plan.

Le financement qui sera discuté lors de cette conférence internationale des partenaires se fera sur la base de trois types d’instruments, à savoir, l’Aide publique au développement (prêts concessionnels et dons), le recours au marché des capitaux et au privé (emprunts de capitaux à moyen et long terme) et les financements innovants (Partenariat Public-Privé, financement participatif, diaspora, financements verts).

L’objectif global de ce deuxième plan, selon le gouvernement burkinabè est de « rétablir la sécurité et la paix, renforcer la résilience de la nation et transformer structurellement l’économie burkinabè, pour une croissance forte, inclusive et durable ».

Ce Plan constitue « une véritable opportunité d’investir dans un pays résilient pour un développement durable où d’énormes potentialités existent encore », a noté le gouvernement burkinabè.

Ces potentialités se situent dans divers domaines, tels que les mines, l’énergie, l’agriculture, les infrastructures ou encore les TIC, a-t-il ajouté, promettant de renforcer l’intervention du secteur privé, en accélérant les réformes majeures de « seconde et de troisième génération » pour améliorer l’environnement des affaires.

Malgré un contexte difficile marqué par la pandémie de Coronavirus et l’insécurité, et dans la continuité du premier Plan PNDES 2016-2020 dont le taux de réalisation avoisine aujourd’hui les 73%, le Burkina Faso a réussi l’exploit de maintenir une croissance économique moyenne de 5,3% du PIB sur la période 2016-2020, s’est félicité le gouvernement burkinabè.

 

Source: Anadolu Agency


Commentaire

L’Info en continu
  • Burkina Faso
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 03.04.2019

Parc national de la Pendjari

e Parc National de la Pendjari a été classé en forêt domaniale et en réserve partielle de faune de la boucle de la Pendjarile 13 décembre 1954. Il a acquis…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Faso et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut