Politique › Judiciaire

Kémi Seba arrêté au Burkina Faso après « injures à l’encontre du Chef de l’Etat »

Présent au Burkina Faso, où il a animé une conférence, Kémi Seba, président de « Urgences panafricanistes », y a été arrêté  dans la nuit du 21 décembre 2019.

Hervé Ouattara, responsable du front anti-CFA au Burkina, et allié de Kemi Seba, avait confirmé la nouvelle à BBC « On veut l’expulser vers le Bénin, dès demain matin… Nous sommes en train de nous organiser » a rapporté le média. Plusieurs individus ont ensuite « assiégé » le domicile de Hervé Ouattara.

« Ils sont arrivés, ils ont commencé à chanter l’hymne national. Ensuite, ils ont commencé à lancer des cailloux dans mon domicile et ils scandaient « Kémi à bas ! Hervé à bas ! « . Ils ont essayé même de défoncer les portes. J’ai même fait des tirs de sommation tellement ils forçaient ma porte. Ils ont commencé à 21h et c’est à 2h du matin que ma maison a été libérée par la gendarmerie », a-t-il expliqué.

Rappelons que Kémi Seba a récemment indexé le président Roch Kaboré dont il « dénonçait » la soumission à la France. En outre, il reproche aux présidents d’être « des marionnettes téléguidées par la France, qui acceptaient de se rendre à Pau après une convocation paternaliste de Macron ».

Des propos qui ont été très mal accueillis par les partisans du MPP, le parti au pouvoir au Burkina.

Kémi Seba s’était rendu à Ouagadougou pour y animer une conférence sur le thème  « Le rôle de la jeunesse africaine patriotique pour plus de sécurité au Sahel et plus largement en Afrique ». Plusieurs internautes s’étaient alors indignés des propos « injurieux » qu’avait tenu l’activiste, à l’écart de Roch Kaboré.

 

 


Commentaire

À LA UNE
Retour en haut