Société › Société

Décès de 11 détenus à l’unité antidrogue de Ouagadougou: Les réactions des syndicats

Onze personnes détenues en garde à vue sont décédées dans la même nuit, dans les locaux de l’Unité antidrogue de Ouagadougou, a annoncé le procureur.

C’est à travers un communiqué rendu public le 15 juillet, que cette nouvelle a été annoncée comme suit. « Le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a été informé, ce jour 15 juillet 2019, par la directrice de la police judiciaire de la police nationale de ce que onze personnes gardées à vue à l’Unité antidrogue (UAD) pour des infractions relatives à la législation des stupéfiants sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019 ». Le procureur avait alors déclaré qu’une enquête a été ouverte avec le concours de médecins légistes pour les examens et autopsies nécessaires. Et le syndicat des policiers burkinabè a communiqué le mardi 16 juillet « qu’aucune bavure n’a été constatée » mais les conditions de détention étaient cependant « très délétères », ce qui aurait pu « causer le décès » des gardés à vue.

L’UNAPOL s’est indignée que ce genre de drame se produise dans un Etat qui dit « se soucier des droits humains ». Elle doute par conséquent, que l’intégrité physique et morale de ces détenus ait été préservée, en attendant que la lumière soit faite sur les circonstances de ces décès.

Et le SYNAF s’interroge sur les circonstances dans lesquelles, en situation de garde à vue, onze personnes peuvent être retrouvées mortes en l’espace de quelques heures. Egalement dans l’attente des conclusions d’enquêtes, le syndicat a tenu à mentionner ces différents points.   Le SYNAF :

  • Rappelle que la sécurité des personnes y compris celles gardées à vue est un droit garanti par les instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux et que l’Etat en est le principal garant ;
  • Souligne que cette responsabilité qui incombe à l’Etat implique également celle de ses agents chargés directement d’assurer la garde à vue quant à sa mise en œuvre de manière à ne pas mettre en péril la vie des citoyens présumés innocents ;
  • Attend des autorités judiciaires que l’enquête ouverte soit menée de manière efficace et que toutes les mesures médico-légales soient prises pour conserver les preuves et les indices de toutes éventuelles infractions afin d’élucider les circonstances   dans lesquelles ces décès sont survenus ;
  • Rappelle à l’opinion publique que c’est un droit pour toute personne interpellée de se faire assister immédiatement par un avocat de son choix et un devoir pour les responsables de police judiciaire de faire examiner par un médecin ou un personnel de santé pertinent, les gardés à vue, conformément à la loi ;
  • Appelle l’ensemble de ses militants à se rendre disponibles pour assister les familles des victimes qui viendraient à les solliciter comme cela a été le cas dans plusieurs autres dossiers, dont celui du regretté Justin ZONGO et autres.
  • Suit avec attention particulière l’évolution de l’enquête pour toutes suites à donner.

DÉFENDRE, SE DÉFENDRE, TOUJOURS SERVIR

Fait à Ouagadougou le 16 Juillet 2019

 

Commentaire

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut