International › APA

Côte d’Ivoire: le cacao estimé à 15% du PIB et plus de 50% des exportations (BAD)

Le cacao en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial avec près de 2 millions de tonnes, représente 15% du Produit intérieur brut (PIB) et plus de 50% des exportations du pays, selon un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) publié vendredi à Abidjan.« Comptant pour plus de 50% du PIB des exportations, le cacao est le principal produit commercial de la Côte d’Ivoire. Ce produit représente 15% du PIB du pays et fournit de l’emploi à 7 millions d’Ivoiriens », indique le rapport.

Le rapport dénommé Diagnostic-pays sur le financement à long terme (LTF) pour la Côte d’Ivoire, montre que la production agricole s’est accrue ces dernières années grâce à l’augmentation des volumes de production de cacao et d’autres cultures d’exportation (noix de cajou, caoutchouc, ananas).  

Avec une population de plus de 24 millions d’habitants et « un Produit intérieur brut de 40 milliards de dollars US, la Côte d’Ivoire, un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure », est la 3e économie de l’Afrique de l’Ouest derrière le Nigeria et le Ghana.

L’économie de la Côte d’Ivoire est relativement bien diversifiée. La croissance économique du pays, qui enregistre un taux moyen de 8% depuis 2012, est tirée par les secteurs de l’agriculture (24% du PIB en 2016), de l’industrie (29% du PIB dont 6% dans le secteur minier) et les services (47% du PIB).

Le gouvernement entend accélérer la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation, en renforçant le développement de l’infrastructure, dans l’ensemble de l’économie, notamment le secteur de l’énergie et en améliorant la qualité de la gouvernance et des institutions.    

ce rapport national sur le financement à long terme (LTF) en Côte d’Ivoire, finalisé en septembre 2019, est une initiative conjointe de la Banque, de la FSD Africa, de la GIZ et du partenariat « Making Finance Work for Africa (La finance au service de l’Afrique ».   

Il a été lancé par la Banque africaine de développement, en collaboration avec la Financial Sector Deepening Initiative in Africa (FDS Africa) et la Coopération allemande (GIZ), en présence du ministre ivoirien de l’Economie et des finances, Adama Coulibaly.   


Commentaire

À LA UNE
Retour en haut