› Politique

Convocation des Chefs d’Etats du G5 Sahel à Pau : Les propos de Macron passent mal au Burkina

Tout comme au Niger, les propos d’Emmanuel Macron n’ont pas été bien accueillis par certains burkinabès. En effet, suite à la contestation populaire contre la présence des forces armées étrangères au Sahel, Emmanuel Macron a « convoqué » les Chefs de l’Etat du G5 Sahel, le 16 décembre à Pau afin qu’ils viennent clarifier leur position quant à l’appel au départ des forces françaises.

Le président burkinabè a répondu présent. « Nous allons répondre à cette invitation et nous aurons l’occasion de nous parler franchement » a t-il annoncé il y a quelques jours.

Mais cette « convocation » paraît indélicate selon plusieurs personnes.

« La convocation des chefs d’Etat des pays du G5 Sahel par Emmanuel Macron est injuste, inamicale, protocolairement et diplomatiquement humiliante et par dessus tout irrespectueuse et insultante à l’endroit des peuples des différents pays concernés. Répondre à cette convocation équivaut à se passer des chaînes autour du cou et accepter de vivre de nouvelles décennies de domination néocolonialiste. » a réagit Yacouba Isaac Ziba, ancien Premier ministre du Burkina Faso.

Pour Me Benewendé Sankara de l’Union pour la renaissance parti sankariste, la déclaration du Chef de l’Etat français est irrespectueuse. Son parti par sa voix, a également dénoncé « le manque de franchise et d’honnêteté dans les relations entre la France et l’Afrique. »

Benewendé Sankara a cependant encouragé le président Kaboré à répondre à l’invitation, afin de « clarifier les positions maintenant en se parlant franchement.«  Il faut clarifier notre collaboration avec la France ; cela n’a que trop duré » a t-il ajouté, en précisant que la France est aussi victime du terrorisme, tout comme le Burkina.

« Je ne comprends pas, pourquoi pas venir rencontrer les présidents africains ? Pourquoi 5 Chefs d’Etats africains iront jusqu’en France pour discuter de sécurité en Afrique ? C’est insensé… » s’étonne un étudiant. Une chose est sûre, plusieurs burkinabès n’apprécient le ton paternaliste de cette convocation, alors que les pays du G5 Sahel sont tous proclamés indépendants.


Commentaire

À LA UNE
Retour en haut