› Société

Les transporteurs routiers des Hauts-Bassins condamnent des « agissements irresponsables »

Image d'illustration

La coalition des syndicats, associations et groupements des transporteurs routiers des Hauts-Bassins a tenu, dans l’après-midi du mercredi 3 avril 2019 à Bobo-Dioulasso, une conférence de presse pour condamner la grève illimitée des chauffeurs débutée le 2 avril dernier.

 

La coalition des transporteurs routiers des Hauts-Bassins a tenu cette rencontre avec les professionnels des médias pour, disent-ils, éclairer la population sur la situation « mouvementée et incontrôlée » des chauffeurs routiers que notre pays connait depuis le mardi 2 avril dernier. Selon les conférenciers, ces mouvements d’humeurs portent atteinte à la libre circulation des populations et paralysent ainsi les activités socio-économiques du Burkina Faso. C’est pourquoi ils condamnent « ces agissements irresponsables d’individus non identifiés auxquels aucun des syndicats des transporteurs ne se reconnait ». « Notre pays étant un pays de droit, nous appelons nos autorités à prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire rétablir l’ordre afin que le pays soit approvisionné », a laissé entendre leur porte-parole, Boukary Ouédraogo.

En effet, le mardi 2 avril dernier, des chauffeurs routiers ont manifesté dans la capitale Ouagadougou, pour protester contre le choix de Issouf Maiga à la tête de la faitière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB). C’est pourquoi, Boukary Ouédraogo a souligné que la question de la FUTRB est une affaire des transporteurs et non des chauffeurs. Par ailleurs, les conférenciers ont émis un doute sur la légitimité de cette grève illimitée. Car ils estiment que les manifestants devaient déposer un préavis de grève avant toute manifestation. Boukary Ouédraogo a noté que la coalition n’est pas contre cette grève mais veut que cela se fasse dans les normes, dans le respect de la loi.

A en croire ces derniers, les chauffeurs de la ville de Bobo-Dioulasso ne sont pas concernés par cette manifestation. « Nous avons fait le constat ce matin, les chauffeurs de Bobo-Dioulasso poursuivent normalement le travail », ont-ils souligné. Avant de clore : « Notre souci est de réussir la dynamique de la mise en place de la faitière unique des transporteurs routiers du Burkina qui demeure, faut-il le préciser, une affaire de transporteurs routiers et non de chauffeurs ou d’individus mal intentionnés ».

 

 



Commentaire

À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut