NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Libye: le Burkina rapatrie ses ressortissants

Par Fasozine - 22/03/2011

A l’instar d’autres pays, le Burkina Faso a rapatrié nombre de ses ressortissants vivant en Libye. C'est ainsi que 344 d’entre eux sont arrivés dans la nuit de samedi à dimanche à bord de deux avions.

Annoncé pour 21h 30, l’avion transportant des Burkinabè vivant en Libye, accusera un retard de 20 minutes. Avec à son bord 177 ressortissants burkinabè en Libye, l’appareil, avec à son bord, la première vague de rapatriés volontaires, s’est posé à l’aéroport international de Ouagadougou sous le regard du secrétaire général du ministère burkinabè en charge des Affaires étrangères, Francis Gustave Ilboudo. Après les formalités d’usage dans la nouvelle salle d’accueil de l’aéroport, ces personnes qui ont fui le pays de Mouammar Kadhafi à cause de la guerre, évoquent leur calvaire. «Je vivais à Tripoli. Avant la guerre, la population nous maltraitait déjà parce que nous étions des noirs. Mais après l’éclatement de la crise, notre souffrance s’était empirée. Nous étions même frappés», a révélé Zabango Dabré, qui a séjourné deux ans en Libye. Pour M. Dabré, c’est un crime que d’avoir la peau noire et de vivre en Libye. «La population nous accusait d’être des mercenaires de Kadhafi chargés de les tuer. Ce qui faisait que les Libyens se retournaient contre nous. Personnellement, j’ai eu peur pour ma vie parce que j’ai été frappé et dépouillé de mon argent et de mes portables.», a-t-il ajouté. Ses autres compagnons d’infortune ont subi, pratiquement, la même situation

Pour rapatrier les Burkinabè vivant en Libye, le gouvernement a instruit l’ambassadeur à Tripoli, Issouf Sangaré de les regrouper en un seul endroit. Par la suite ils ont été convoyés par bus, jusqu’à la frontière avec la Tunisie où ils ont été placés sous la responsabilité de l’ambassadeur burkinabè à Tunis et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). «C’est ainsi que de la Tunisie, ils ont été transportés en avion, jusqu’à Ouagadougou», a indiqué Francis Gustave Ilboudo.
Après leur arrivée à l’aéroport de Ouagadougou, ils ont été transférés à l'Institut national de la jeunesse, de l'éduction physique et sportive (INJEPS) où ils ont passé la nuit. Tôt dans la matinée du dimanche 20 mars 2011, le ministre burkinabè de l’Action sociale et de la solidarité nationale, Pascaline Tamini, s’est entretenu avec les rapatriés sur leurs conditions de retour dans leurs localités d’origine. «Nous avons affrété des cars qui vont les convoyer dans leurs régions d’origine», a-t-elle signifié. Mais certains refusent de rejoindre leurs familles sans leurs bagages qu’ils auraient perdus. «Nous leur avons demandé de rentrer chez eux. Et si leurs bagages viennent avec le prochain vol, nous allons les leur envoyer. Je pense vraiment que c’est sage de procéder ainsi», a indiqué Mme Tamini.



MOTS CLES :  Libye   Burkina   Faso   Rapatriés 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé