DOSSIERS   |     INTERVIEW  |    

Burkina-Faso: du flou après le rapport d’enquête du BEA sur le crash d’Air Algérie

Par Eric K. - 23/09/2014

Les experts français du Bureau d’Enquête et d’Analyse (BEA) ont rendu samedi 20 septembre 2014 à Bamako leur premier rapport sur le crash de l’avion d’Air Algérie, le 24 juillet 2014

Le rapport d’enquête a conclu qu’aucune piste n’était encore privilégiée. Le BEA à travers le rapport d’enquête long de 63 pages, a expliqué que rien n’a permis à ce jour de parvenir à « une piste privilégiée ». "Rien ne peut confirmer ou infirmer la piste terroriste" dans les éléments recueillis par les enquêteurs jusqu’à présents, a souligné Bernard Boudaille, un responsable du BEA, qui a présenté ce rapport. Le mystère reste donc entier sur les circonstances qui ont conduit au crash de l’avion. Saura-t-on jamais la vérité ? C’est la question qu’on ne peut s’empêcher de se poser au lendemain de la présentation du rapport d’étape dans l’enquête sur le crash du vol AH 5017 d’Air Algérie.

En effet, le moins que l’on puisse dire au regard des résultats du rapport d’étape, c’est qu’on n’a pas vraiment avancé dans l’enquête. Les seules informations certaines sont celles de l’enregistreur de données de vol. Il montre que l’avion d’Air Algérie a été victime d’une “chute brutale” après “un ralentissement de ses moteurs” lorsqu’il a atteint son altitude de croisière. L’enregistreur des conversations dans le cockpit (CRV) n’a en revanche livré aucune information. Il ne fonctionnait pas normalement et “ne permet pas de comprendre les messages" échangés au sein de l'équipage, a ajouté Bernard Boudaille.

Cela dit, même si l’hypothèse du crash provoqué par l’orage n’est pas définitivement écartée ou à écarter, il n’est plus évident que les mauvaises conditions météorologiques soient la raison recherchée. Pour ce qui est de la piste de l’attentat aussi, les enquêteurs disent ne pas disposer à ce jour d’éléments pour la confirmer ou l’infirmer.

Autant dire que le rapport d’enquête n’a apporté aucun nouvel élément. Deux mois après la survenue de ce drame, les parents des victimes et l’opinion en sont quelque peu à la case départ, en ce qui concerne les circonstances du crash.

En d’autres termes, l’enquête se poursuit pour tenter de comprendre pourquoi cet appareil qui devait relier Ouagadougou à Alger, s'est écrasé dans le nord du Mali environ 32 minutes après son décollage avec 116 passagers et membres d'équipage à son bord, qui ont tous péri.

Source : | AFRICAHOTNEWS.COM
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé