SUCCESS STORY   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Le journaliste burkinabè, Newton Ahmed Barry, victime de graves menaces

Par avec APA - 13/08/2014

Le co-fondateur du journal «L’Evénement » bien d’envoyer un écrit aux organisations de défense des droits humains et de défense de la presse

Le journaliste burkinabè, Newton Ahmed Barry, rédacteur en chef du bimensuel « L'Evènement », se dit victime des « graves menaces » qui lui font craindre pour sa sécurité physique et pour sa vie, selon une note qu’il a fait publier publié dans la presse locale. Dans l’écrit, signé du 7 août 2014, Newton Ahmed Barry dit vouloir «alerter les organisations de défense des droits humains et de défense de la presse sur les graves menaces» qui pèsent sur sa sécurité et même sur sa vie. «Journaliste d’investigation, je suis depuis 2001, date de la création de notre journal L’Evénement, dont je suis le co-fondateur et le responsable de la rédaction… A chaque situation de crise, en raison de l’audience de notre journal, les actes de surveillance, d’intimidation et même de menace s’accroissent», souligne-t-il.
Il ajoute : « depuis la montée de la fièvre politique de ces dernières années, avec l’intention maintenant affirmée du président Blaise Compaoré de réviser l’article 37 de la constitution pour en supprimer la clause qui limite les mandats présidentiels à deux, la pression est devenue encore plus forte sur ma personne ». Selon lui, en février 2014, il y a eu une intrusion nocturne à son domicile, alors qu’il était absent. « Mon gardien a été sérieusement blessé et a été pendant près d’un mois incapable de travailler », relate-il.

Newton Barry écrit également qu’en mai 2014, sa voiture a été vandalisée, la vitre brisée et des effets emportés. « La police est venue faire les constats. Depuis le gardien, pour sa propre sécurité a démissionné. Les gardiens refusent de surveiller ma maison, parce qu’ils sont harcelés », déplore le journaliste, avant d’indiquer que le dernier fait en date est le cambriolage du siège du journal L’Evénement, le 30 août.

A lire sa lettre, les cambrioleurs manifestement en voulaient « au rédacteur en chef de L’Evénement dont le bureau a été soigneusement perquisitionné ». « Ce cambriolage est à lier à deux dossiers sensibles sur lesquels, nous investiguons. Il s’agit de l’affaire ‘Salif Nébié’, juge au Conseil Constitutionnel retrouvé mort mystérieusement en mai dernier et l’affaire de ‘l’explosion à Larlé’ le 15 juillet dernier », estime M. Barry.

Dans son écrit adressé aux mouvements de défense des droits de l’Homme et de la presse, le journaliste conclut que «cette note d’alerte ne changera sans doute rien. Les formes de mise à mort ont été bien perfectionnées ces dernières années. Mais elle vaudra au moins pour la postérité ».
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

La première édition du Festival de la bande dessinée de Ouagadougou 3 au 5 mars 2013
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUFASO.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDF

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé